3.9.06

Fiza (2000) - Rambo djihadiste?




Voilà exactement le genre de film dont on ne sait pas trop que penser. J'ai abordé avec un a priori favorable l'histoire de cette jeune musulmane partie à la recherche de son frère disparu lors des affrontements inter-communautaires de 1992-1993 (évoqués dans des scènes assez violentes) : le scénario semble assez différent des habituelles romances (les histoires d'amour sont effectivement tout à fait secondaires), et c'était la première fois que je voyais un film bollywood situé dans la communauté musulmane. En outre, le parti pris de réalisme du réalisateur Khalid Mohamed était plutôt une agréable surprise ( alors que Fiza, l'héroïne, fait la queue en pleine chaleur pour obtenir un emploi, une jeune femme lui propose de l'eau en précisant "Je l'ai fait bouillir, et j'ai désinfecté la bouteille")par rapport à ce que j'ai pu voir jusqu'à présent.

L'actrice principale, Karisma Kapoor (vue récemment dans Shakti) est vraiment excellente, tout comme Jaya Bachchan (la mère), et le beau Hrithik Roshan, qui joue son frère Amaan, réussit parfois à faire sentir la fragilité de son personnage.

Le film n'est cependant pas réussi. D'abord, les morceaux musicaux, sans grand intérêt, n'apportent strictement rien à l'histoire, et on a vraiment l'impression que le réalisateur ne les a insérés dans son film que pour se plier aux règles du genre. C'est toujours un peu dommage.

Le scénario est en outre assez mal construit, ne reliant que lâchement une première partie consacrée à la quête de Fiza et une deuxième centrée sur l'engagement de son frère.

Le troisième défaut est à mes yeux plus grave. Le réalisateur a visiblementvoulu faire de Fiza un film politique, dénonçant le racisme dont sont victimes les musulmans et l'hypocrisie des partis communautaires des deux bords. Il prèche la concorde entre tous les Indiens ("Notre drapeau est safran et vert", rappelle l'héroïne). Pourquoi alors un message aussi ambigu sur le djihad?





Tant qu'Amaan est présenté comme un jeune homme paumé, et que le personnage positif de Fiza fait contrepoids, la condamnation du terrorisme semble claire. Mais une séquence particulièrement ratée fait basculer le film de l'autre côté, pas très loin de la glorification de la guerre sainte : un quasi plagiat de Rambo, ( Stallone est l'idole de Roshan) , dans lequel Hrithik Roshan s'exerce pour le combat et montre longuement au spectateur navré son imposante musculature.

Dommage, car il y avait de quoi faire un film vraiment intéressant.


1 commentaire:

yves a dit…

Oui, "le spectateur navré", c'est exactement ça! Merci de cette critique, je crois qu'effectivement je ne prendrai pas trop la peine de voir ce film.

As-tu vu le film "Bombay" de Mani Ratnam? Il est aussi situé lors des événements de 1992-93, et essaie de proposer une "solution" aux affrontements communautaristes qui ont lieu à cette époque.

En règle général, je trouve que les réalisateurs actuels sont moins à l'aise avec les grands problèmes politiques ou de société, la pression de faire des films "escapist" étant très forte.
A bientôt,
yves